Bionicohand est le projet mené par Nicolas Huchet, amputé à 18 ans de l’avant bras droit suite à un accident.  Il découvre il y a quelques années l’impression 3D dans un fablab et fabrique sa prothèse imprimable en 3D. Son objectif avec l’équipe de BionicoHand est de créer un « Handy Lab » pour travailler sur des nouvelles prothèses bioniques et de les partager gratuitement.

J’ai eu la chance d’assister à la présentation de Nicolas Huchet lors de l’Echappée Volée. Bionicohand faisait partie des 5 projets lauréats sélectionnés par ce do-tank créé par Michel Lévy-Provençal, qui gère également les conférences TEDx Paris.

Bionicohand est maintenant en finale dans le concours Google Impact Challenge qui soutient des projets innovants qui doivent améliorer le monde dans lequel nous vivons. Les votes sont ouverts jusqu’au 7 octobre 2015 et les 4 projets gagnants recevront 500 00 euros et le soutien de Google pour leur développement.

J’aime ce projet car j’aime l’idée que de nouvelles solutions technologiques seront demain à disposition du plus grand nombre. L’idée de l’équipe BionicoHand est de permettre à chacun d’imprimer sa prothèse personnalisée grâce à des plans gratuits sur des imprimantes 3D. Nicolas Huchet espère pouvoir diviser de façon drastique l’accès aux prothèses bioniques élaborées. Steve Austin alias « L’homme qui valait 3 milliards » devrait pouvoir s’imprimer des pièces de rechanges pour pas cher.

La technologie a toujours fait peur et elle fait encore peur dans un monde où les inégalités se renforcent. Certaines prédisent que l’homme qui va vivre 150 ans est déjà né mais qui sera cet homme ? (ou cette femme ?) Sûrement un riche (ou une riche). Le magazine britannique Eon prédit que seuls les riches pourront voir leur espérance de vie prolongée jusque 150 ans et finalement c’est déjà un peu vrai. Il y a un écart d’espérance de vie entre les pays pauvres et riches. Et cet écart existe également au sein des pays les plus riches selon le niveau d’éducation et de revenu. Une américaine blanche et diplômée d’université peut espérer vive 84 ans et une femme sans diplôme peut espérer vivre 73 ans. Soit un écart de 11 ans !  Le magazine Courrier International titrait au moins d’octobre 2014 « Seuls les riches seront immortels« .

J’ai vu récemment deux films de science-fiction qui exploitent cette peur. Elysium est sorti en 2013 et se déroule dans un monde où les riches vivent sur une station spatiale avec tout le confort et les pauvres vivent sur une Terre surpeuplée où le crime est roi. Time Out est un film sorti en 2011 dans lequel l’humanité a trouvé une solution au vieillissement. Les êtres humains arrêtent tous de vieillir à 25 ans. Et paradoxalement c’est une course à la mort qui commence: on doit payer en « temps » pour rester en vie. L’argent n’existe plus, c’est le « temps » qui compte. Vous recevez votre salaire en minutes sur le compteur de temps implanté dans votre bras. Les riches vivent éternellement dans un monde sécurisé et les plus pauvres courent après les minutes dans un monde violent et anarchique.

On n’en est pas encore là, donc en attendant, autant soutenir des projets qui nous promettent le contraire: la technologie au service de tous.

Voici le lien si vous voulez voter pour soutenir le projet MyBionicoHand sur Google Impact Challenge. Les votes sont ouverts jusqu’au 7 octobre 2015 et c’est fait en 2 clics.

Crédit photo : Flickr /Kristina Alexanderson / Holding hands

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.